Accueil > Etablissement > HISTORIQUE | MOYEN ORIENT

PRÉSENCE MARISTE I

Présence Mariste à Jbail - Amchit.

Le XIX° siècle fut le siècle des implantations des missions étrangères au Liban. Les Frères Maristes y prennent part, d’abord, pour soutenir d’autres congrégations, déjà installées : les Jésuites, à Ghazir et à Beyrouth (1868-1875) ; les Lazaristes à Antoura (1895) « pour enseigner le français dans leurs petites classes » ; d’autres communautés les appellent : les Arméniens à Bzoummar,  les Maronites à Kfarhay…

I- INSTALLATION

En 1900, les voilà ouvrir une école à Amchit, dans la maison de   M.Yazbeck Lahoud .

En 1903, l’ingénieur de la congrégation, Frère Vénérand, est l’ hôte de M. Toubia Zakhia  durant  la construction de la maison mariste d’Amchit sur un terrain dont une partie a été achetée et l’autre offerte par Père Pierre Karam. Elle portera le nom de « Notre Dame du Liban ». Cette maison servira de  centre de formation des Frères, avec 6 novices, au départ, et d’école gratuite pour les enfants de la population locale. Cette même année, 1903, connut l’arrivée massive, à Amchit, de 40 jeunes, expulsés de France suite à la loi Combes qui interdit l’enseignement aux congrégations religieuses. Amchit et son entourage connurent une période d’échange et de convivialité avec ces missionnaires qui partagent avec les gens de la région une vie simple et variée ; ils ne sont pas seulement des enseignants, mais surtout éducateurs et  témoins ; on vient de tous les côtés les consulter sur différents sujets, on apprend les métiers exercés par les Frères : cordonnerie, menuiserie, taille des arbres, implantations de greffes… Grâce à ces échanges et cette vie commune, on a connu les premières  vocations maristes : ils seront 14 déjà au moment de la guerre 14-18 ; l’afflux des jeunes frères français continuent, et cette période appelée âge d’or au niveau du développement de la communauté atteint le nombre de 116 frères.

En 1907, trouvant la maison d’Amchit trop petite pour répondre aux besoins des parents qui cherchent à mettre leurs enfants « chez les Frères », Père Pierre Karam d’Amchit leur offre un terrain à Jbail, sur lequel se construit une nouvelle maison mariste, l’actuelle  «  Notre - Dame de Lourdes ».  Le 5 octobre 1908, a lieu la première rentrée scolaire avec 130 élèves dont 40 internes. Le rayonnement s’élargit ;  les enfants venant à pied des villages plus ou moins lointains de Jbail se voient confiés à des instituteurs compétents en enseignement, éducateurs pieux et dévoués, évangélisateurs et vrais témoins.

II- Étapes Critiques : Les années de Guerre

1- 1914-1918 : Pendant la première guerre mondiale, les Frères sont réquisitionnés et expulsés. La maison de Jbail est occupée par l’armée ottomane pendant les quatre ans de guerre ; en y revenant en 1919, les Frères la trouvèrent toute délabrée, les portes et toutes boiseries brûlées, servant à chauffer les soldats pendant l’hiver, les murs et les locaux livrés à la saleté. La restauration est entamée, et à la rentrée d’octobre 1919, le Collège rouvre ses portes pour accueillir 247 élèves.

2- 1939-1943 : Un nouveau coup dramatique est porté à la province mariste : les Frères sont obligés de rentrer en Europe, appelés sous les drapeaux. Le Frère Pierre-Julien, incorporé à l’armée française, est nommé à un poste à la citadelle de Jbail d’où il continue à diriger l’école.   Á la fin de cette guerre le nombre des Frères descendit à 68.

3- 1975-1990 : Les années des événements au Liban constituèrent une nouvelle épreuve aux deux maisons d’Amchit et de Jbail qui se trouvèrent contraintes à accueillir des familles de déplacés d’autres régions et à les installer dans différents locaux ; cependant ceci n’a pas empêché la direction de continuer à recevoir les élèves et leur assurer l’enseignement pendant les jours d’accalmie.

III- Développement et Évolution

Malgré les guerres et les événements relatés plus haut, et une situation économique peu favorable qui en a découlé, les deux maisons maristes ont continué à se développer :

-  Le nombre  croissant d’élèves (de 130  élèves en 1908,  285 en 1950, 507 en 1960, 908 en 1968, 1235 en 1984, 1760 en 1991, 1978 en 2011 et 2012  en 2013 ), a nécessité la construction  de nouveaux  locaux.

-  En  1991, les travaux de restaurations de la maison d’Amchit terminés, le cycle complémentaire y est transféré, libérant les locaux qu’il occupait à Jbail ; et la même année, le 6 juin, à l’occasion de la fête du Bienheureux Fondateur, on assiste à l’inauguration du cycle secondaire.

-  En 2007, commencèrent les travaux de construction des nouveaux locaux des Jardins et ceux des Scouts.